mediaafiquenews
Logo
mediaafiquenews

Crise climatique : Comment financer le fonds pour les pertes et dommages ?

La 27e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 27) a acté la création d’un fonds pour les pertes et dommages. Une victoire majeure pour les pays en développement et les communautés en première ligne face à la crise climatique, mais la question du financement de ce fonds demeure. 
mediaafriquenews Mediaafriquenews

Organisée du 6 au 20 novembre 2022 à Sharm El-Sheikh, en Egypte, la 27e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 27) a acté la création d’un fonds pour les pertes et dommages. C’est-à-dire un fonds pour réparer financièrement les pertes subies par les pays les plus vulnérables à cause de phénomènes liés au changement climatique, dont ils ne sont pas responsables, car très peu émetteurs de gaz à effet de serre.

Mais alors que débutent les travaux préparatoires de la COP 28, des inquiétudes légitimes émergent au sujet du financement de ce fonds. «Actuellement, il y aurait plusieurs options qui sont envisagées. L’une d’elles serait, au-delà des pays industrialisés qui alimentent déjà le financement climatique, d’élargir la base aux pays émergents, entre autres l’Inde, la Chine, l’Arabie Saoudite, le Qatar. Mais il faut noter qu’actuellement, il y a une opposition de ces pays-là», a expliqué le chargé de projet pour l’association Climate Chance, le 8 mai sur RFI.

Principe « pollueur payeur »

«Une autre qui est de plus en plus évoquée est celle de taxer l’extraction des combustibles fossiles. Les études ont montré qu’environ 100 entreprises fossiles ont émis à peu près 50% des émissions de gaz à effet de serre depuis la révolution industrielle. Donc le but serait d’introduire une taxe. Par exemple, si elle était évaluée à 6 dollars la tonne, pourrait rapporter jusqu’à 150 milliards de dollars qui pourraient alimenter le fonds», a ajouté Mélain Assé-Wassa Sama. Cette proposition repose donc sur le principe du « pollueur-payeur ».

En Afrique de l’Est, près de 40 millions de personnes souffrent de la faim aggravée par le changement climatique. Au regard de l’urgence, ce fonds doit devenir fonctionnel au plus vite. Le sera-t-il ? Mystère.

Par Mediaafriquenews Pour Mediaafriquenews
131 0
Logo
MEDIA AFRIQUE NEWS

LIBREVILLE,GABON

+24111456325

Nous suivre

© MEDIA AFRIQUE NEWS. All Rights Reserved. Design by DPL DIGITAL